NOS ACTIONS

RÉSILIENCE

 

NOUVEAU FLYER ICI

QU’EST-CE QUE LA RÉSILIENCE ?

A l’origine, la résilience est la capacité d’un métal à résister aux pressions et à reprendre sa structure initiale après avoir été déformé. En psychologie, on appelle « résilience » la capacité à vivre, à réussir, à se développer en dépit de l’adversité.

(B. Cyrulnik, neuropsychiatre)

Emmy Werner, psychologue américaine a découvert le concept en 1982 . Elle a suivi à Hawaï 700 enfants sans famille, sans école, vivant dans la rue et victimes d’agressions physiques ou sexuelles. 30 ans plus tard, seul 28% d’entre eux avaient réussi à apprendre un métier, à fonder une famille, sans subir de troubles psychiques majeurs. C’est pourquoi elle en conclut qu’il existe chez les enfants, une capacité particulière à surmonter les traumatismes de la vie. Ces enfants qui ont fait appel à ces capacités innés, sont des enfants dits « résilients ».

Werner, E.E & Smith R.S, “Vulnerable but invicible : a longitudinal study of resilient children and youth“, New York,  McGraw Hill, 1982

LES SÉJOURS DE RÉSILIENCE D’INNOCENCE EN DANGER

Les origines

L’histoire des séjours de résilience au sein d’Innocence en Danger commence en 2002. Une maman, dont la fille avait été brutalement violée, s’adresse à Homayra Sellier, fondatrice d’Innocence en Danger. Elle lui demanda de l’aide afin de faire sortir la jeune fille du mutisme dans lequel elle avait sombré.

 

Sachant que la jeune fille aimait les chevaux, Madame Sellier invita l’enfant à passer quelques jours dans un centre équestre. Le contact avec les animaux aida la jeune fille à surmonter son traumatisme. Par la suite, elle s’engagea dans un suivi thérapeutique qui lui donna la force de témoigner contre ses agresseurs devant la cour pénale.

L’évolution des séjours

Depuis 2003, plus de 2’000 enfants victimes de violences sexuelles ont participé à nos séjours de résilience. Chacun de nos séjours est programmé sur mesure, en fonction des besoins des participants.

 

  • Sélection des participants afin d’assurer une cohésion de groupe.
  • Programmation du séjour avec la collaboration des participants.
  • Choix minutieux des thérapeutes en fonction des besoins du séjour.
  • Mise sur pied des ateliers (activités et thérapies). Les ateliers sont déclinés en 3 groupes : ateliers pour les mineurs, pour les accompagnants adultes et en commun enfant-adulte.

 

Ces séjours sont encadrés par une équipe de professionnels pour faciliter la résilience naturelle des participants. Art-thérapeutes, psychologues, pédopsychiatres, médecins, artistes, interprètes, etc. encadrent ces ateliers.

Lire ici l’avis professionnel de Claudia Jankech-Caretta, Spécialiste FSP en psychologie de l’enfant et de l’adolescent et en psychothérapie enfants, adolescents, adultes

Nos enfants d’aujourd’hui seront les consommateurs, employés, cadres et dirigeants de demain !

 

Et c’est en prenant conscience d’eux-mêmes, de leurs talents et de leurs passions, que les enfants reprennent progressivement confiance en eux et en l’adulte.

Reprendre confiance en soi à travers l’expression artistique et le contact avec la nature

Tous les ateliers proposés ont tous une visée thérapeutique. L’équithérapie, la musicothérapie, la thérapie par le dessin, la musique, le chant, la sculpture, le théâtre, la danse, montage de films, les sorties en forêt, cours de cuisine, trekking, escalade, rafting, natation, ateliers de photographie, calligraphie, découverte de la nature, tai-chi, yoga etc.

Au cours des ateliers, des objectifs personnels ou collectifs son définis. Ces objectifs permettent aux participants de se sentir suffisamment en sécurité pour s’exprimer artistiquement et émotionnellement. C’est ainsi que des liens se tissent entre les enfants confrontés aux mêmes difficultés. Et peu à peu, ils reconstruisent la confiance en eux-mêmes, en l’autre, et en l’avenir.

« Peindre pour prendre conscience de ses contradictions, danser pour dédramatiser ses blessures… La création artistique permet avec l’art thérapie d’accéder à des sentiments enfouis. »

Stéphanie Torre

Les séjours de résilience d’Innocence en Danger se déroulent sur deux axes :

  • L’aspect individuel, qui concerne les capacités propres à chaque enfant : son potentiel (rarement pris en considération dans notre société).

 

  • L’aspect relationnel, qui concerne les liens que l’enfant crée avec la société.

 

Les ateliers se déroulent en individuel ou en groupe.

CRÉER C’EST APPRENDRE A SE CONNAÎTRE

« Le goût de vivre n’est pas héréditaire. Mais nous pouvons tous le transmettre à nos enfants par les voies de l’amour et l’apprentissage de l’attention. »

Jean-Paul Dubois, Une vie française, SEUIL, 2005

Sébastien Bohler, docteur en neurobiologie : « La chose la plus importante à retenir à propos des traumatismes de l’enfance […] est que, dans un environnement sûr et favorable dans lequel les besoins fondamentaux de l’enfant (sécurité physique et sécurité affective) sont satisfaits, les dégâts que causent les traumatismes et les abus peuvent être atténués et allégés. »

Bohler Sébastien, « Pourquoi la pédophilie est un crime »

« L’art thérapie est une stratégie de détour, une ruse qui permet de contourner les souffrances. Se servir de la création artistique pour comprendre les problématiques inconscientes de l’individu, provoque une transformation positive de lui-même… Du pire naît ainsi une construction, une production artistique qui tend vers l’écoute. »

Dr Jean Pierre Klein, L’Art-thérapie, Puf, collection Que sais-je, 1997

Le neurobiologiste le Pr Jean Decety décrit l’empathie comme : « La capacité de ressentir une émotion appropriée en réponse à celle exprimée par autrui, d’effectuer une distinction entre soi et l’autre et de réguler ses propres réponses émotionnelles. »

http://www.leblogdesrapportshumains.fr/quest-ce-que-lempathie/, 2013

LES RÉSULTATS

Toutes les études le prouvent : un enfant peut se reconstruire s’il est appuyé par au moins un adulte protecteur dans son quotidien.

 

Les témoignages des participants croisés avec les observations des experts, font état d’une évolution prodigieuse des enfants. Nombre de thérapeutes sont épatés des résultats obtenus en si peu de temps. Car, pour certains, ils n’avaient jamais réussi à obtenir un tel résultat, même après des années de thérapies classiques.

 

Ces séjours ont de véritables vertus, tant sur le plan neurologique que physique. L’Université de Koblenz en Allemagne, a mené une étude scientifique pour évaluer l’impact de ces séjours de résilience. Lisez l’étude complète ICI. (Version en allemand)

L’EQUIPE DU SEJOUR DE RESILIENCE

hdr

HANANE ZEGLAMA

Directrice Opérationnelle
dig

SUSANNA ROQUE LOPEZ

Directrice Thérapeutique
bénévoles_square

LE STAFF